Destination Estrie – Tourisme Cantons de l'Est

Municipalités MRC du Granit

Municipalité de Audet

 

Audet est située près de la vallée de la Rivière Chaudière sur un haut plateau à une altitude de 535 mètres, ce qui en fait l’une des municipalités les plus élevées du Québec. Le mont Dostie, le Mont Round Top, la Montagne du Porc-Épic sont situés près de la municipalité, ainsi que d’autres montagnes frontalières. Les rivières Samson et Kokombis y prennent également leur sources.

 

Située dans le Diocèse de Sherbrooke, la paroisse fut fondée en 1902; avec un curé résidant et l’ouverture des registres paroissiales. La municipalité fut érigée en 1903 et s’appelait à ce moment-là « Saint-Hubert de Spaulding » (ou Spalding) en l’honneur de Mgr Hubert-Olivier Chalifoux et d’une ville du Lincolnshire anglais. Son nom actuel, depuis 1959, rappelle le nom du premier maître de poste local, Michel Audet.

Municipalité de Courcelles

 

Coucelles est la porte d’entrée de la région touristique des Cantons de l’Est sur la route nationale 108 reliant la Beauce à l’Estrie. Mais fait plus significatif encore, le village occupe le centre du triangle formé par les trois villes de services que sont Thetford Mines au nord, Saint-Georges de Beauce à l’est et Lac-Mégantic au sud.

 

« Le nom Courcelles, d’abord appliqué à la station de chemin de fer, puis à la paroisse de Sainte-Martine-de-Courcelles érigée canoniquement en 1903 et par la suite au bureau de poste (1904), célèbre la mémoire de Daniel de Rémy de Courcelles (1626-1698), gouverneur de la Nouvelle-France (1665-1672) »

Municipalité de Frontenac

 

La municipalité couvre un territoire de 222 km2, à l’est du lac Mégantic jusqu’à la frontière du Maine. Frontenac est traversée par la route 204. Le rang 4 mène au Lac aux Araignées.

 

« En 1882, la municipalité des cantons unis de Spaulding-et-Ditchfield – noms faisant allusion à des villes d’Angleterre – était créée et fut connue sous ce nom jusqu’en 1959, date à laquelle celui-ci a été modifié en Frontenac. Ce dernier nom rappelle Louis de Buade de Frontenac »

Municipalité de Lac-Drolet

 

Lac-Drolet est dans la région historique de l’Estrie. La route principale de Lac-Drolet rejoint la route 204 à l’est. La route 263 passe à l’ouest. La route du Morne rejoint le village de Saint-Sébastien en passant sur le Morne de Saint-Sébastien.

 

« D’abord érigée sous la dénomination de municipalité du canton de Gayhurst-Partie-Sud ou de Saint-Samuel-de-Gayhurst en 1885, cette entité municipale allait adopter, en 1968, le nom Lac-Drolet. L’origine de cette appellation tient, d’une part, à la présence significative d’un plan d’eau, le lac Drolet, et d’autre part, au fait que l’un des premiers habitants avait pour patronyme Drolet »

Ville de Lac-Mégantic

 

Lac-Mégantic, ou parfois simplifié Mégantic, est une ville du Québec, située dans la municipalité régionale de comté du Granit dans la région administrative de l’Estrie.

 

La population compte près de 6 000 habitants, mais près de 10 000 si l’on compte les petites municipalités l’entourant telles que Frontenac, Marston et Nantes.

 

Une grande partie de son moteur économique se base sur le bois et le granit, principales ressources naturelles de la région, ainsi que sur le tourisme, sans cesse grandissant, de par la grandeur et la qualité des forêts, lacs et montagnes des environs.

 

Lac-Mégantic a connu en juillet 2013 une des pires catastrophes ferroviaires au Canada. Quarante-sept personnes ont été tuées, et le centre-ville a été détruit en grande partie. Il est actuellement en cours de reconstruction.

 

Lac-Mégantic est située à l’extrémité Est de la région administrative de l’Estrie, dans la MRC du Granit, à 35 km de la frontière canado-américaine et de l’État du Maine. La rivière Chaudière a sa source dans le lac Mégantic et se jette dans le fleuve Saint-Laurent, quelque 175 km plus au nord, près de Lévis (Saint-Romuald). La ville de Lac-Mégantic est située à 50 km du mont Mégantic, où se situe l’observatoire astronomique le plus puissant de l’est de l’Amérique du Nord.

Municipalité de Lambton

 

Lambton est à la croisée de la route 108 et de la route 263. Située sur la Longitude ouest 71° 05′ 00″ et sur la Latitude nord 45° 50′ 00″.

 

Elle est nommée en l’honneur de John George Lambton (Lord Durham), homme politique et administrateur colonial britannique.

 

« En 1845, une municipalité du canton de Lambton voyait le jour alors qu’une mission catholique, future paroisse de Saint-Vital-de-Lambton, avait déjà inauguré ses registres l’année précédente, L’Église Saint-Vital de Lambton actuelle fut construite entre 1905 et 1907. Le village de Lambton, situé sur la rive orientale du Grand lac Saint-François, fut d’abord constitué en municipalité en 1913, puis, avec ce qui subsistait de l’ancienne municipalité de canton, une nouvelle municipalité conservant le nom de Lambton fut instituée en 1976 »

Municipalité de Marston

 

Marston est à l’ouest du lac Mégantic. Elle est traversée par la route 263.

 

« Nombre de lieux estriens sont identifiés à l’aide de dénominations de sources anglaises et il en va ainsi pour un canton proclamé en 1866 et une municipalité établie sept ans plus tard à l’ouest de Lac-Mégantic, près de Milan. Ce nom évoque probablement le village anglais de Marston Moor, sis à 10 km à l’ouest de York, dans le Yorkshire (Angleterre) »

Municipalité de Milan

 

Milan est une municipalité du Québec (Canada), située dans la municipalité régionale de comté (MRC) du Granit, dans la région administrative de l’Estrie.

 

Son nom, de Milan en Lombardie, est un emprunt à la toponymie italienne.

 

La communauté fut fondée en 1877 par des immigrants écossais originaires de Lewis sous le nom de « Marsden ». À cause de la confusion possible avec le canton de Marston, on l’a renommée « Milan » quelques années plus tard.

Municipalité de Nantes

 

Nantes, nommée autrefois Spring Hill et Whitton, est une municipalité du Québec, située dans la municipalité régionale de comté du Granit en Estrie.

 

La municipalité de Nantes se trouve entre Stornoway, Lac-Mégantic et Milan, à l’endroit où le chemin croisait la voie ferrée qui mène de Lac-Mégantic à Sherbrooke. Son territoire est situé dans la chaîne des Appalaches. On peut y voir un des plus beaux paysage de la région du Granit. L’hydrographie comporte les lacs Whitton, de l’Orignal et McKenzie. L’Association de protection du Lac McKenzie veille à la protection environnementale de ce plan d’eau.

 

Vers 1856, des colons écossais établissent dans la région des camps de fortune qui seraient nommés Drum-A-Vack. Ce mot vient de la langue Gaélique et signifie: de l’un et de l’autre côté de la colline. En 1861, la municipalité de Whitton est créée puis, en 1874, elle est divisée en trois municipalités de canton distinctes : Marston, Hampden et Whitton. Une gare et un bureau de poste s’implantent en 1879. À la fin du xixe siècle, des colons français originaires de la ville de Nantes s’installent dans la région pour y exploiter le bois. En 1898, l’endroit comprend également deux scieries, deux bureaux de télégraphe et deux magasins généraux.

 

La région est peu à peu colonisée par des familles canadiennes-françaises à partir de 1905. En 1957, Whitton subit une modification de nom en faveur de Nantes, du nom de la ville d’origine de plusieurs de ses citoyens, dans la période de la francisation de la toponymie en Estrie.

 

En juillet 2013, les pompiers de Nantes maîtrisent un incendie dans un train de la Montreal, Maine and Atlantic Railway transportant du pétrole brut. Un peu plus tard, le convoi, stoppé et laissé sur la voie principale sans surveillance par la société ferroviaire, descend la dénivellation, pour aller dérailler et exploser à Lac-Mégantic.

Municipalité de Notre-Dame-des-Bois

 

Notre-Dame-des-Bois est une municipalité du Québec située dans la MRC du Granit en Estrie.

 

Avec une altitude s’élevant à 555 mètres, Notre-Dame-des-Bois est l’un des plus hauts villages du Québec.

 

Notre-Dame-des-Bois est accessible via la route 212.

 

« D’importants espaces territoriaux estriens sont regroupés, en 1855, sous la dénomination de municipalité des cantons unis de Newport-Ditton-Chesham-Clinton-et-Auckland, dont la municipalité du canton de Chesham sera détachée en 1877, pour devenir Notre-Dame-des-Bois en 1958 ».

Municipalité de Piopolis

 

Piopolis est une municipalité du Québec située dans la MRC du Granit en Estrie.

 

Piopolis, signifiant « ville de Pie » fut fondée le 18 avril 1871 par des zouaves pontificaux, défenseurs du pape Pie IX (1846-1878).

Municipalité de Saint-Augustin-de-Woburn

 

Saint-Augustin-de-Woburn, ou tout simplement Woburn, est une municipalité de paroisse du Québec située dans la MRC du Granit en Estrie.

 

Saint-Augustin-de-Woburn est située près du mont Gosford. On y accède via la route 161 et la route 212.
La paroisse de St-Augustin-de-Woburn a connu trois étapes dans son développement, soit la colonie de Channay, la Mission de St-Augustin-de-Woburn et, enfin, la Paroisse de St-Augustin-de-Woburn.

 

Vers 1880, les premiers colons et défricheurs s’établissaient à la Colonie de « Channay » d’après Channay-sur-Lathan, située au nord-ouest de Tours et au Nord-Est de l’Anjou, en France. Ces premiers colons se regroupaient dans la région connue aujourd’hui sous le nom de rang Dubrûle, chemin de l’Aéroport et rang de Tout-De-Joie. La première petite agglomération aurait été située approximativement à l’endroit où l’on retrouve aujourd’hui les antennes de transmission de Mégantic-Transvision, à l’extrémité du rang Dubrûle. Une petite scierie fut construite sur le ruisseau Saint-Joseph par la Compagnie nantaise. Un bureau de poste avait aussi été ouvert à Channay en 1882, puis fut transféré au village actuel en 1903.

 

En septembre 1880, l’abbé Victor Chartier, curé de La Patrie, fut délégué à Channay par Mgr Antoine Racine afin d’y choisir le site de la première chapelle. Ayant examiné les lieux en compagnie de M. J.B. Cousineau, curé de Piopolis, et de M.F. Corriveau, curé de Notre-Dame-des-Bois. Il choisit la demi-Sud du lot 6 au sixième rang du canton de Woburn.

 

Le lac Mégantic vu depuis l’endroit où la Colonie de Channay était située près du Rang Dubrule, à Saint-Augustin-de-Woburn.
Le 30 mai 1881, Mgr Antoine Racine, évêque du diocèse de Sherbrooke et président de la « Société de colonisation de la Cité de Sherbrooke », quittait sa ville épiscopale Sherbrooke afin de confirmer le site d’une église dans la colonie franco-canadienne de Channay, au canton de Woburn. Ce qui suit est le compte-rendu de l’un des participants non identifié de ce voyage, relaté dans le journal le Pionnier de Sherbrooke, publié le 15 novembre 1881.

 

« Compte-rendu du voyage de Mgr Antoine Racine à Channay en 1881

« À trois heures PM le 30 mai 1881, le convoi de « L’international » nous entraînait à travers les riches et verdoyantes campagnes du comté de Compton. À cinq heures, nous étions au beau et florissant village de Cookshire chef-lieu du comté. Encore une heure de route et nous débouchions dans la vallée profonde le long des bruyantes cascades de la rivière au Saumon; nous arrivions à Scotstown où s’opère la correspondance avec la diligence de LaPatrie.

 

Cette malheureuse diligence avait fait des siennes ce soir-là. Elle devait nous amener un compagnon de voyage, le Révérend Père Jérôme trappiste de Bethléem. Ce bon Père parti de LaPatrie, nous arriva tout en sueur et harassé de fatigue, une roue de la voiture (diligence) s’était brisée à mi-chemin. Le postillon (charretier) avait alors fait monter son passager à cheval; mais ce dernier pas plus fiable que la diligence à cause de ses nombreux trébuchements, força son cavalier le Père Jérôme à faire le reste du trajet à pied dans la boue et les ornières.

 

Reprenant le chemin de fer, nous étions rendus à la Station de la Baie au Sable (SandyBay) à 7h50 PM. Un joli carrosse, muni de deux chevaux vigoureux, était rendu au poste pour conduire Mgr Racine à Piopolis. D’autres dispositions avaient également été prises pour conduire les personnes de sa suite avec tout le confort possible.

 

Ces accents sacrés, répercutés par les accents de la forêt, imprimaient à la cérémonie un cachet de beauté, de grandeur, capable d’arracher des larmes d’enthousiasme aux plus indifférents. Les gazouillements du torrent roulant ses flots écumeux à travers les rochers, toutes les voix de la nature semblaient s’unir et s’harmoniser avec celle de l’homme, pour célébrer cette première conquête de la civilisation sur la solitude des bois séculaires.

 

La fête terminée, nous prîmes un excellent et copieux déjeuner servi par M. Savoie, l’actif et intelligent entrepreneur des défrichements exécutées pour le compte de La compagnie de Colonisation et de Crédit de Cantons de l’est; puis nous allâmes drapeau français en tête visiter la Butte nantaise, superbe éminence qui se trouve à quelques pas de l’emplacement de l’église et qui offre un coup d’œil sur tout le canton. C’est l’endroit que M. Bécigneul a désigné pour se bâtir une résidence: ce choix prouve en faveur de son bon goût.

 

À neuf heures A.M., nous prenions la direction de nos chaloupes en passant à travers les prairies naturelles qui bordent l’Arnold, à l’entrée du canton de Woburn. Ces prairies sont formées du sol le plus riche qu’il soit possible d’imaginer. Nous possédons là un véritable Manitoba en miniature. Après avoir salué l’endroit où campa le fameux général américain, qui donna son nom à la rivière en 1775, nous fîmes voile pour Piopolis où nous arrivâmes vers deux heures P.M. sains et saufs et enchantés de notre fête dans la forêt. » »

 

La première chapelle a été érigée à Channay probablement en 1883, à la suite d’une recommandation à Antoine Racine par Victor Chartier le 3 septembre 1880. Elle était située entre les rangs 5 et 6 du canton de Woburn, sur le milieu de la longueur du lot 6 et bordant le Nord du lot 7. Cette chapelle fut en service jusqu’en janvier 1890.

 

Le 14 juin 1886, L’abbé Eugène Peigné, chanoine honoraire du diocèse de Nantes, France, et grand vicaire du diocèse de Sherbrooke, bénit une cloche achetée lors d’un passage à Liverpool, en Angleterre, et l’offre à la jeune colonie de Channay.

 

C’est vers 1894 qu’on abandonna le vocable de Channay pour celui de Woburn.

 

Ce nom de Channay fut porté quelques années, alternant avec celui de Woburn, en souvenir du lieu de résidence de dame Augustine Duval, une du groupe de généreux bienfaiteurs français, qui en vue d’établissement canadiens-français à Woburn, avait plusieurs fois répondu aux appels et aux démarches en France de l’avocat Jérôme-Adolphe Chicoyne. Le patron de la paroisse, saint Augustin, fut aussi choisi pour rendre hommage à cette bienfaitrice dame Augustine Duval.

 

Ainsi, ces pionniers venus de Bretagne, de Loire, de Vendée et aussi de Haute-Savoie donnèrent naissance, plus tard, à la paroisse de St-Augustin-de-Woburn.

Municipalité de Saint-Ludger

 

Saint-Ludger est une municipalité du Québec située dans la MRC du Granit en Estrie.

 

Elle est nommée en l’honneur de Ludger d’Utrecht, premier évêque de Münster au ixe siècle.

 

« La nouvelle municipalité de Saint-Ludger a été créée le 25 février 1998. Elle est issue du regroupement de la municipalité du village de Saint-Ludger, de la municipalité de Risborough et de la municipalité du canton de Gayhurst-Partie-Sud-Est ».

Municipalité de Saint-Robert-Bellarmin

 

Saint-Robert-Bellarmin est une municipalité du Québec située dans la MRC du Granit en Estrie.

 

Elle est nommée en l’honneur du cardinal Robert Bellarmin.
En 1907 le curé de Saint-Ludger desservait ses résidents. Lors de l’érection de la paroisse en 1944 on opte pour le nom Saint-Robert-Bellarmin, la municipalité est officiellement établie en 1948.

Municipalité de Saint-Romain

 

Saint-Romain est une municipalité du Québec située dans la municipalité régionale de comté (MRC) du Granit, dans la région administrative de l’Estrie.

 

Son territoire, de forme triangulaire, est traversé par la route 108.
Après Lambton, il est le plus ancien village de l’Estrie. À partir de 1844 des Beaucerons et des colons de Saint-Anselme, s’y installent. La paroisse de Saint-Romain-de-Winslow, détachée de Saint-Vital-de-Lambton 1854 puis érigée sur les plans canonique et civil en 1868.

Source Wikipédia

Photos de la MRC du Granit

MRC Le Granit est une municipalité régionale de comté (MRC) du Québec (Canada) dans la région de l’Estrie. Son chef-lieu est Lac-Mégantic.

La municipalité régionale de comté du Granit comporte 20 municipalités, soit une ville, 1 municipalités de paroisse, 2 municipalités de canton et 16 municipalités. Source Wikipédia